Historique 

De l’école au  lycée, de Slata à  West bay ...

 

40 ans d’Education à la française au Qatar

 


Au milieu des années 70, les Français travaillant à Doha, sentant le besoin pour leurs enfants de commencer ou de poursuivre leur éducation dans un cadre francophone conjuguèrent leurs efforts en vue de créer un établissement scolaire qui dispense un enseignement en français aussi bien à leurs enfants qu’à ceux des francophones vivant dans le pays.

C'est le point de départ de l’histoire à la fois courte et déjà longue au regard de l'histoire du Qatar, de l’Ecole Française de Doha.

Les débuts furent difficiles : manque d’expérience, de moyens, de personnel... C’étaient là les ingrédients d’une « enfance » laborieuse dans une villa louée dans le quartier de Salata Al Jadida, à proximité du parc d’Al Muntazah, de l’autre côté du C Ring. Une villa qui n’était pas initialement conçue pour répondre aux exigences d’un établissement scolaire, mais à laquelle les occupants - quelques dizaines seulement au début - ont dû s’ adapter.

Lle nombre d’élèves croissant sans cesse, et le besoin d’espace étant toujours plus grand, les responsables de l’établissement ont pendant des années essayé de parer au plus vite au manque de places. Des baraques de toutes dimensions ont envahi tous les espaces disponibles, puis l'école commença à annexer les bâtiments voisins. Ainsi, au bout de quelques années, l’établissement se trouvait constitué de 3 villas qui commmuniquaient entre elles par des portes ouvertes dans les murailles les séparant.

Ouverte en 1976, l’école française de Doha est mentionnée dans les accords franco-qatariens de coopération éducative dès 1977. En 1987, par décret du ministère de l’éducation nationale qatarienne, son existence légale  au Qatar est actée.

Au début des années 90, pendant la 2ème guerre du Golfe, l’établissement connait une période difficile, la majorité des élèves ayant quitté le pays avec leurs familles. Cependant, grâce à la bonne volonté de tous, un service minimum est organisé pour ceux qui restent.

Mais l’établissement ne pouvait continuer de fonctionner dans les mêmes conditions (locaux, équipements, etc…). Un terrain loué au nom de l'Ambassade de France est octroyé à l’association de l’école et une longue période de préparation et de construction s’ensuit pour déboucher au début de l’année scolaire 1994-95 au déménagement de l’établissement dans les bâtiments qu’il occupe encore aujourd’hui.

Cette date marque aussi le changement de l’appellation de « Ecole Française » à « Lycée Français de Doha ».

L’architecture arabo-islamique et les salles de forme hexagonale, ainsi que les couleurs du bâtiment expriment la volonté d’enraciner le dialogue et les relations culturelles entre le pays hôte et la France, et les deux civilisations qu’ils représentent.

Des laboratoires modernes, des salles de classe et une salle polyvalente bien équipée, un terrain de football engazonné, gymnase et piscine : les locaux et l'ambiance qui en émane suscitent souvent l’admiration des visiteurs venant de France et d’ailleurs , des parents, et même de nos élèves.

Les résultats ne pouvaient que suivre : d'excellents pourcentages de réussite au baccalauréat et au DNB, accompagnés d'un nombre élevé de mentions depuis des années ; le lycée est également devenu un centre d’examen du bac pour les épreuves écrites et les épreuves d’éducation physique.

A l’image des transformations qu’a connues la ville de Doha au cours de ces 40 dernières années, et qu’elle connaît encore aujourd'hui, le Lycée français  ne peut que poursuivre sa transformation afin de satisfaire de plus en plus d’élèves aussi bien français que d’autres nationalités.

La croissance des effectifs a été très importante, passant de 500 élèves en 2005 à environ 1000  en 2010, et 1450 en 2016 avec des demandes d’inscriptions constamment élevées (813 en 2013, 700 en 2016) dont l'établissement ne peut satisfaire qu'environ 30%.

 
2016 ... le lycée Bonaparte fête son quarantième anniversaire !
shadow